Skip to main content

Allocution du Governeur de la BCEAO, Président de la Commission Bancaire de l'UMOA, à la 5è Rencontre entre le Secrétariat Général de la Commission Bancaire de l'UMOA et les Directeurs Généraux des Etablissements de crédit et des compagnies financières

Monsieur le Secrétaire Général de la Commission Bancaire,

Monsieur le Président de la Fédération des Associations Professionnelles des Banques et Etablissements Financiers de l'UEMOA,

Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux des compagnies financières et des établissements de crédit de l’UMOA,

Chers Collaborateurs,

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais tout d'abord souhaiter la bienvenue à tous les participants. Je me réjouis de votre participation massive à cette cinquième édition annuelle de la rencontre entre le Secrétariat Général de la Commission Bancaire de l'UMOA et les Directeurs Généraux des compagnies financières et des établissements de crédit de l'Union.

Cette réunion est organisée pour la première fois en mode virtuel, en raison du contexte particulier de la crise sanitaire liée au coronavirus, qui sévit toujours.

A ce propos, je voudrais adresser mes vœux de prompt rétablissement à ceux autour de vous qui ont pu être affectés par la maladie et avoir une pensée pieuse pour ceux qui nous ont malheureusement quittés.

Permettez moi, également de saisir l'occasion de cette tribune, pour vous remercier très sincèrement pour les chaleureuses félicitations adressées à mon endroit par le Président de la Fédération des APBEF en votre nom à tous, à la suite de la reconduction de mon mandat en qualité de Gouverneur de la BCEAO. Soyez assurés que la Banque Centrale et la Commission Bancaire s'évertuent à redoubler d'efforts pour consolider la résilience du secteur bancaire et favoriser le financement harmonieux des économies de l'Union.

Mesdames et Messieurs,

Dans ce contexte de crise, il est important pour nous de maintenir et de renforcer le cadre de concertation avec les dirigeants des établissements assujettis.

En effet, ces concertations nous permettent d'échanger sur l'impact des différentes mesures prises par les autorités et leur mise en œuvre par la profession bancaire, pour notamment préserver la résilience du système financier très sollicité et attendu.

Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux,

La BCEAO et la Commission Bancaire de l'UMOA ont très vite perçu au début de la pandémie, la nécessité de prendre des initiatives urgentes, afin d'atténuer l'impact de la crise sanitaire sur les économies de l'Union, en général, et le système bancaire, en particulier.

Ainsi, en renfort aux plans de riposte des pouvoirs publics, des actions ont été initiées en faveur notamment des établissements de crédit et des Etats.

Ces mesures ont d'abord été dirigées vers un accroissement de la liquidité, qui a permis de répondre à la totalité des besoins de refinancement exprimés par les banques, à un taux unique de 2,50%, révisé à 2,0% à compter du 24 juin 2020, soit l'un des taux les plus bas en Afrique.

Pour faciliter la mobilisation de ces ressources additionnelles par le système bancaire, la Banque Centrale a aussi élargi le champ des collatéraux éligibles au refinancement, par la mise en place d'un dispositif de cotation des entreprises non financières. Si les entreprises côtées A sont systématiquement admissibles au portefeuille de la BCEAO, celles côtées B bénéficient d'une dérogation pour être admises, dès lors qu'elles sont intégrées dans un programme de soutien public ou privé garantissant leur solvabilité.

L'assouplissement des dispositions réglementaires (dans leur l'application) fait aussi partie des mesures importantes qui ont été mises en place. Ainsi, la période transitoire d'application du dispositif prudentiel en vigueur a été décalée et reportée d'une année. Cet assouplissement s'est aussi concrétisé dans la possibilité offerte aux établissements de crédit de procéder à un report des échéances des clients affectés par la pandémie pour une période de trois mois renouvelable jusqu'au mois de décembre 2020, sans charge d'intérêt, ni frais, ni pénalité de retard.

Cette disposition, qui permet également de maintenir les concours concernés dans la catégorie des créances saines, a contribué à préserver la qualité du portefeuille et les fonds propres des établissements de crédit.

Les résultats des reportings faits à la Banque Centrale indiquent que la quasi-totalité des banques de l'Union ont accordé des reports d'échéance à leur clientèle. Le montant cumulé des échéances concernées était, à fin août 2020, de 385 milliards de FCFA, en faveur de plus de 3 000 entreprises et 13 000 salariés du secteur privé.

La participation de vos institutions respectives à ces opérations ont contribué à éviter une plus grande dépression au secteur productif de la zone principalement.

Enfin, la troisième série d'actions initiées par la Banque Centrale a été de favoriser, en relation avec l'Agence UMOA-Titres, l'émission des bons du Trésor dénommés « Bons COVID-19 ». Dans ce cadre, un guichet spécial a été ouvert pour le refinancement de ces placements.

L'émission par les Etats des « Bons COVID-19 » a permis au secteur bancaire de maintenir un certain niveau d'activité, dans un contexte où le risque de baisse de la demande de crédit était élevé.

Au total, le refinancement accordé par la Banque Centrale est passé de près de 4 500 milliards au 17 mars 2020 à plus de 6 000 milliards à fin octobre 2020.

Les taux d'intérêts se sont également détendus sur l'ensemble des segments du marché monétaire.

Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux,

Je me réjouis de l'accueil favorable que la profession bancaire a réservé à l'ensemble de ces mesures, mais je me réjouis surtout de votre engagement dans ce combat que mènent les Autorités publiques monétaires et de contrôle pour soutenir l'activité économique dans notre zone.

Toutefois, pour ne pas compromettre tous les efforts déjà consentis, il me paraît important, dans ce contexte encore nourri par de grandes incertitudes, d'attirer votre attention sur un certain nombre d'aspects.

Il s'agit d'abord du renforcement des fonds propres de vos établissements, afin d'améliorer leur résilience. Le décalage de la période transitoire d'application du dispositif prudentiel doit être mis à profit à cet effet.

Bien entendu, cette politique de renforcement des fonds propres doit aller de pair avec une prudence à observer dans la distribution des dividendes, en particulier ceux attendus au titre de l'exercice 2020. A cet effet, sur la base des dernières informations disponibles, qui montrent que les bénéfices générés par l'activité du secteur bancaire s'inscrivent dans une tendance plus favorable qu'en 2019, le Secrétaire Général de la Commission Bancaire vous a adressé une lettre circulaire.

En deuxième lieu, il s'agit du renforcement de la qualité des portefeuilles de créances des établissements. Certes, dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire, des mesures dérogatoires ont été consenties par la BCEAO pour permettre aux établissements assujettis d'éviter une dégradation de la qualité de leur portefeuille à court terme. Toutefois, ces mesures temporaires ne les exonèrent pas de l'obligation de mener une politique adaptée de gestion des risques de crédit et une parfaite couverture des actifs compromis.

C'est donc l'occasion pour moi d'insister notamment sur le strict respect des dispositions réglementaires qui imposent la constitution immédiate des provisions requises par l'Autorité de contrôle.

Troisièmement, il me semble important que l'accent soit mis sur la maîtrise des risques opérationnels. En effet, ceux-ci s'amplifient en période de crise. Par ailleurs, la situation sanitaire a accéléré la digitalisation de l’écosystème financier. En conséquence, des mesures doivent être prises pour prévenir les cyber-attaques ainsi que les fraudes.

C'est au regard de tous ces facteurs que la BCEAO a lancé, le 18 juin 2020, en relation avec HEC – Paris, un programme d'accompagnement des établissements de crédit dans le contexte de la crise Covid-19.

Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux,

Chers participants,

Je voudrais terminer ce message en souhaitant, à l'instar des éditions précédentes, que vos échanges soient fructueux, ouverts et utiles.

En souhaitant plein succès aux travaux de ce jour, je déclare ouverte, la cinquième rencontre annuelle entre le Secrétariat Général de la Commission Bancaire de l'UMOA et les Directeurs Généraux des établissements de crédit et des compagnies financières.

Je vous remercie de votre aimable attention.