Skip to main content

Organisation du système bancaire à fin décembre 2017

L'organisation du système bancaire à fin décembre 2017 fait ressortir un réseau des établissements de crédit de l'UMOA en pleine expansion, ainsi qu'un niveau d'activité en progression.

I. Réseau

Le système bancaire de l'UMOA comptait, au 31 décembre 2017, 144 établissements agréés, soit 126 banques et 18 établissements financiers à caractère bancaire. Il s'est accru de 6 unités par rapport à 2016. Le nombre de guichets et de DAB/GAB (Distributeurs Automatiques de Billets / Guichets Automatiques de Banque) s'élève respectivement à 2.584 et 3.217 unités en 2017 contre 2.542 et 3.010 unités en 2016.

II. Activité

L'activité des établissements de crédit de l'UMOA, appréciée sur la base du total des bilans, s'est établie à 35.525,6 milliards à fin décembre 2017 contre 32.491,4 milliards en 2016, soit une progression de 3.034,2 milliards (+9,3%). Cette évolution est moins marquée que celle enregistrée en 2016 (+4.276,5 milliards ; +15,2%). Les ressources des banques sont ressorties à 26.842,3 milliards à fin décembre 2017 contre 24.120,2 milliards au 31 décembre 2016, en augmentation de 2.722,1 milliards (+11,3%). La principale composante de ces ressources, à savoir les dépôts et emprunts, s'est accrue de 2.030,7 milliards (+9,9%) en passant de 20.455,9 milliards en 2016 à 22.486,6 milliards à fin décembre 2017. Pour leur part, les fonds propres des banques ont progressé de 457,2 milliards (+21,8%) en 2017 pour s'établir à 2.558,0 milliards. Les autres ressources se sont également renforcées de 234,2 milliards (+15,0%) pour s'établir à 1.797,7 milliards au 31 décembre 2017.

Les emplois des banques se sont établis à 30.320,6 milliards au 31 décembre 2017 contre 27.344,6 milliards en 2016, soit une hausse de 2.976,0 milliards (+10,9%). Cette variation est répartie entre les crédits (+2.213,3 milliards ; +13,3%) et les autres emplois (+762,7 milliards ; +7,1%), qui ressortent respectivement à fin décembre 2017 à 18.863,3 milliards et 11.457,3 milliards.

La structure des crédits reste dominée par les concours à court terme (0 à 2 ans) qui représentent 47,1% du total en 2017 contre 48,5% en 2016. Les crédits à long terme (plus de 10 ans) ne représentent que 5,0% de l'encours total des crédits, tandis que la part des crédits à moyen terme (2 à 10 ans) se situe à 41,7%.

La progression des autres emplois a reposé essentiellement sur les titres de placement (+270,5 milliards ; +3,7%), en lien avec le dynamisme du marché des titres de la dette publique dans l'Union. S'agissant des établissements financiers, les ressources et les emplois ont augmenté respectivement de 76,3 milliards et de 52,4 milliards pour s'établir à 341,1 milliards et à 243,6 milliards en 2017.

Sur le premier semestre de l'année 2018, la trésorerie des établissements de crédit a connu une nette amélioration, reflétant essentiellement les efforts de rééquilibrage du bilan entrepris par certains établissements, la diffusion dans le système bancaire des eurobonds émis par le Sénégal et la Côte d'ivoire et l'amélioration du solde des transferts en raison d'un rapatriement accru des recettes d'exportation. Les ressources ont ainsi progressé de 4,1% (+1.122,3 milliards) par rapport à leur niveau de décembre 2016. Les emplois ont, quant à eux, enregistré une diminution de 0,1% (-21,6 milliards) sur la période. L'augmentation des ressources est principalement tirée par les dépôts et emprunts (+757,4 milliards ; +3,3%) et les fonds propres nets (+338,7 milliards ; +12,7%).

La réduction des emplois est essentiellement induite par les autres emplois (-156,7 milliards ; -1,4%), notamment une baisse marquée des titres de placement (-988,5 milliards ; -12,9%). Une diminution de 246,6 milliards (-23,1%) des créances en souffrance est également observée au niveau des crédits, traduisant particulièrement les efforts de recouvrement initiés par les établissements de crédit.

III- Rentabilité

Les produits bancaires des établissements de crédit se sont élevés à 3.331,5 milliards à fin décembre 2017, en hausse de 399,0 milliards (+13,6%) par rapport à 2016. Cette augmentation est imputable à la hausse de 136,3 milliards (+8,6%) des transactions avec la clientèle.

Les produits bancaires sont principalement alimentés par les opérations avec la clientèle (1.719,6 milliards ; 51,6%), les autres produits bancaires (875,1 milliards ; 26,3%), les opérations sur titres et diverses (491,4 milliards ; 14,8%) et les opérations de crédit-bail et assimilées (113,3 milliards ; 3,4%).

Les charges d'exploitation supportées par les établissements de crédit sont ressorties à 1.502,4 milliards en 2017, en augmentation de 247,9 milliards (+19,8%) par rapport à leur niveau de 2016, induite essentiellement par une hausse des autres charges bancaires (+133,0 milliards ; +25,3%).

Le produit net bancaire (PNB) des banques et établissements financiers est passé de 1.678,1 milliards en 2016 à 1.829,1 milliards en 2017, soit une hausse de 151,0 milliards (+9,0%) après 13,6% d'augmentation enregistrée en 2016. La marge sur les opérations avec la clientèle est ressortie à 7,8% sur l'exercice 2017, en légère baisse de 0,4 point de pourcentage par rapport à l'année 2016. Le taux d'intérêt moyen appliqué aux crédits à la clientèle est de 10,0% à fin 2017, soit un repli de 0,4 point de pourcentage par rapport à 2016. Le taux moyen de rémunération des comptes créditeurs de la clientèle a observé une légère baisse de 0,02% entre 2016 et 2017. En effet, son niveau est passé de 2,18% en 2016 à 2,16% en 2017.

gouv

M. Tiémoko Meyliet KONE
Gouverneur de la BCEAO

banner2