Skip to main content

Rencontres de l'Alliance pour l'Inclusion Financière du 25 février au 1er mars 2019 à Abidjan

 

Ouverture officielle du Bureau régional de l'AFI pour l'Afrique Subsaharienne et le Moyen-Orient à Abidjan

 

La ville d'Abidjan, capitale économique de la Côte d'Ivoire, abrite désormais le Bureau régional de l'Alliance pour l'Inclusion Financière (AFI) pour l'Afrique Subsaharienne et le Moyen-Orient. L'inauguration a eu lieu le mercredi 27 février 2019 dans les locaux de l'immeuble SCIAM situé dans la commune du Plateau et siège du Ministère de l'Économie et des Finances de la République de Côte d'Ivoire. Logé au sein dudit Minsitère, le nouveau Bureau vient pour donner une nouvelle impulsion aux politiques d'inclusion financière implémentées dans les pays dans sa zone de couverture.

La cérémonie officielle d'ouverture a eu lieu en présence du Ministre de l'Économie et des Finances de la République de Côte d'Ivoire, M. Adama KONÉ, du Gouverneur de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Tiémoko Meyliet KONÉ, et du Directeur Exécutif de l'AFI, Dr. Alfred HANNIG, ainsi que de plusieurs Gouverneurs et Vice-Gouverneurs de Banques Centrales et membres de l'Alliance.

C'est en homme heureux que le Directeur Exécutif de l'AFI s'est exprimé en ouverture de cérémonie : « Nous sommes très reconnaissants d’avoir trouvé des partenaires solides qui nous ont aidé à préparer le terrain pour l’ouverture de ce Bureau ». Dr. Alfred HANNIG, pour qui la décentralisation des opérations de son organisation est une priorité, a tenu à souligner la grande implication de ses partenaires africains « non seulement en termes d'engagement au sein de l'AFI, mais également en termes de production de résultats sur le front de l'inclusion financière ».

Le Gouverneur Tiémoko Meyliet KONÉ a, pour sa part, salué la décision stratégique des dirigeants de l'Alliance pour l'Inclusion Financière d'ouvrir des bureaux régionaux dans les différentes régions du monde. « Cette mesure permet à l'Alliance de se rapprocher davantage de ses membres, de renforcer ses capacités d'intervention et de donner une nouvelle impulsion aux politiques d'inclusion financière mises en œuvre dans les pays concernés. Elle encourage également une plus grande collaboration entre les acteurs du réseau, qui partagent des préoccupations similaires en matière d'inclusion financière. », s'est-il réjoui. Pour le Gouverneur KONÉ, le démarrage officiel des travaux du Bureau arrive à point nommé avec l'implémentation au niveau des pays de l'Union, de la stratégie régionale déclinée par la BCEAO.

Dans son intervention, le Ministre Adama KONÉ a traduit toute sa gratitude à l’AFI pour avoir choisi la Côte d’Ivoire pour abriter son Bureau régional Afrique Subsaharienne et Moyen-Orient. Sa présence en Côte d’Ivoire devrait permettre, selon le Ministre de l'Économie et des Finances, de renforcer l’implication de tous les États membres de l’UEMOA dans les activités de ce réseau.

L'effectivité de la mise en place du Bureau dans la capitale économique ivoirienne est le fruit d'efforts conjugués entre les autorités ivoiriennes, la BCEAO et les dirigeants de l’AFI. Les locaux qui serviront désormais de cadre de travail pour les équipes de l’Alliance ont été mis à disposition par le Ministère de l’Économie et des Finances et leur équipement a été pris en charge par la Banque Centrale. Par ailleurs, un accord de siège a été signé entre le Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire et l’AFI.

La cérémonie d'inauguration a pris fin avec la coupure de ruban devant l'entrée principale du Bureau et une visite guidée des locaux.

 

7e Table Ronde des Leaders de l'Initiative Africaine sur les Politiques d'Inclusion Financière (AfPI)

 

Après Conakry en République de Guinée en 2018, c'est à Abidjan, en Côte d'Ivoire, que les membres africains de l'Alliance pour l'Inclusion Financière (AFI) se sont donnés rendez-vous pour la 7e Table Ronde des Leaders de l'Initiative Africaine sur les Politiques d'Inclusion Financière (AfPI). Les 27 et 28 février 2019, 160 représentants d'institutions membres de l'AFI en Afrique, dont des Gouverneurs et Vice-Gouverneurs de Banques Centrales ont orienté leurs réflexions sur les différentes approches de politiques pour une inclusion financière durable dans un écosystème financier numérique dynamique. Tiémoko Meyliet KONÉ, Gouverneur de la BCEAO, et sa délégation y ont pris une part active.

La Table Ronde des Leaders de l'AfPI est un rassemblement annuel qui constitue un cadre de partage d'expériences et de recherche de solutions pour la promotion de la finance inclusive en Afrique. Dans son mot introductif, Dr. Alfred HANNIG, Directeur Exécutif de l'AFI, a salué le dynamisme observé en Afrique où l'on assiste « à une émergence croissante de l’est et de l’ouest, ainsi que du nord et du sud, qui se rapprochent ». Travaillant pour une inclusion financière rapide sur le continent, Dr. Alfred HANNIG a aussi égrener les différents partenariats noués récemment, par son organisation, pour augmenter l'accès aux services financiers des populations.

Représentant le président en exercice de l'AfPI, le Gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée, le Vice-Gouverneur Nianga Komata GOUMOU a rappelé que les membres de l'AfPI sont convaincus qu'une croissance inclusive et durable commence par l'inclusion financière. Avant d'encourager à la mise en place de solutions innovantes pour soulager les populations qui « ne demandent pas de faveur, mais des règles de jeu équitables, dépourvues des processus onéreux qui les empêchent d'accéder à des services financiers de qualité pour améliorer leurs conditions de vie ».

Le Ministre de l'Économie et des Finances de Côte d'Ivoire, Adama KONÉ, qui a prononcé le discours d'ouverture, a souligné que « la finance numérique contribue à une transformation réelle de l'écosystème financier et, partant, à une promotion de l'inclusion financière ». En effet, la plupart des pays qui ont développé la finance numérique pour fluidifier les transactions financières ont connu un niveau d’inclusion financière plus élevé, a expliqué le Ministre.

En Côte d'Ivoire où le taux d'inclusion financière est passé de 18,6% en 2010 à 60,7% en 2017, plus de 19,5 millions d'utilisateurs ont effectué des transactions à partir des services financiers via la téléphonie mobile. Le nombre de ces transactions s'élève à 380,8 millions pour un montant total d'environ 6,5 milliards de FCFA, soit une hausse de 36,7% en volume et 70,6% en valeur par rapport à 2016, a-t-il révélé. Au cours de cette réunion des Leaders de l'AfPI, plusieurs sessions et discussions ont été organisées sur différentes thématiques telles que la promotion du crédit numérique responsable en Afrique, la réduction de l'écart lié au genre en matière d'inclusion financière ou encore l'exploitation des technologies pour renforcer le financement des PME en Afrique. Sur cette dernière thématique, la BCEAO a partagé l'expérience de son dispositif de soutien au financement des PME/PMI dans l'UEMOA. Le Gouverneur Tiémoko Meyliet KONÉ, président de l'Initiative Africaine sur les Politiques d'Inclusion Financière (AfPI) de 2014 à 2016, a pris une part active aux différentes sessions et à la discussion des Décideurs de l'AfPI.

 

Conférence internationale de haut niveau sur les perspectives de l'inclusion financière

 

Comment arriver à une inclusion financière complète quand 1,7 milliard de personnes dans le monde n'ont pas accès aux services financiers ? C'est sur cette problématique centrale que les Gouverneurs et Vice-Gouverneurs de banques centrales, des représentants des États membres de l'AFI, du secteur bancaire et de la microfinance ainsi que des universitaires et des partenaires au développement ont porté leurs réflexions lors de la Conférence internationale de haut niveau sur l'avenir de l'inclusion financière. Organisée par la BCEAO en collaboration avec l'Alliance pour l'Inclusion Financière (AFI) et présidée par le Premier Ministre de Côte d'Ivoire, elle s'est tenue, le 1er mars 2019, au lendemain de la 7e Table Ronde des Leaders de l’Initiative Africaine sur les Politiques d'Inclusion Financière (AfPI).

S'exprimant en ouverture de la conférence, le Gouverneur Tiémoko Meyliet KONÉ a affirmé que « l'accès aux services financiers est un droit fondamental pour chaque citoyen, au même titre que l'éducation et la santé ». C'est la raison pour laquelle les banques centrales ont la lourde tâche de trouver les voies et moyens de favoriser l'inclusion financière tout en garantissant la stabilité du secteur financier, a-t-il précisé. Occasion pour le Gouverneur KONÉ de rappeler les différentes actions et initiatives portées par la BCEAO en faveur de l'inclusion financière dans l'espace UEMOA et qui ont permis d'obtenir des résultats encourageants. « La contribution du secteur de la microfinance à l'inclusion financière est passée de 9% à 19% en dix ans. La promotion des activités de monnaie électronique a engendré l'éclosion de 38 initiatives dont le concours à l'inclusion financière ressort à 29%. », a-t-il révélé.

Le Ministre de l'Économie et des Finances, Adama KONÉ, représentant le Premier Ministre de Côte d'Ivoire, a appelé à inscrire au rang des priorités, la lutte contre l'exclusion financière et les inégalités liées au genre. Se référant au rapport Global Findex de 2017, il a affirmé que seulement 35% de la population africaine dispose d'un compte bancaire. Pour accroitre le taux d'accès, son pays, la Côte d'Ivoire, s'est doté en 2018 d'une stratégie nationale d'inclusion financière dont l'objectif est de promouvoir à l'horizon 2024, l'accès d'au moins 60% de la population ivoirienne aux services financiers.

Quant au Directeur Exécutif de l’AFI, Dr. Alfred HANNIG, il a souligné la nécessité de mettre en place des partenariats efficaces pour atteindre les objectifs.

Au cours des différentes sessions, les participants ont pu débattre des politiques efficaces à mettre en place pour inclure dans le circuit financier les populations non bancarisées dans le monde, des principaux défis pour atteindre les objectifs ainsi que les actions à mener par les décideurs politiques, le secteur privé et les partenaires au développement pour maintenir la dynamique globale de l’avancée vers l’inclusion financière universelle. Les participants ont pu également discuter du potentiel des innovations technologiques dans l’atteinte des objectifs d’inclusion financière, ainsi que des approches politiques permettant de profiter des opportunités tout en se protégeant des risques.