Définition

La surveillance macroprudentielle consiste à mesurer, évaluer et limiter le risque systémique, c’est-à-dire le risque d’une défaillance majeure de la fourniture de services financiers ayant des conséquences sérieuses sur l’économie réelle (Financial Stability Board – FSB, 2011b).


Les réformes engagées ces dernières années ont permis d’améliorer le cadre de suivi des risques de nature systémique en vue du renforcement de la résilience du système financier de l’UMOA.

La création du Comité de Stabilité Financière dans l’Union (CSF-UMOA), le 20 mai 2010, s’inscrit dans cette dynamique. Cette instance, qui regroupe les superviseurs de chacune des composantes du système financier (banque, assurances, prévoyance sociale et marchés financiers), a pour mandat d’assurer un suivi des risques de nature systémique et d’émettre des avis et recommandations visant à renforcer la résilience du système financier de l’Union à des chocs internes et externes.

Pour ce qui concerne spécifiquement le secteur bancaire de l’UMOA, le dispositif actuel de surveillance du risque systémique repose notamment sur :

  • les indicateurs de solidité financière (ISF) du secteur bancaire, qui sont des ratios caractéristiques de la santé et la solidité du système bancaire. L’établissement de ces indicateurs par le Fonds Monétaire International est la résultante de diverses crises bancaires et financières et des besoins de renforcement des dispositifs de surveillance macroprudentielle dans les Etats. Dans le cadre de la préservation de la stabilité financière de l’Union, la BCEAO procède à l’élaboration et au suivi des indicateurs de solidité financière du secteur bancaire ;
  • les stress tests ou tests de résistance bancaires, qui permettent d’évaluer la capacité d’un établissement de crédit ou d’un système bancaire à faire face à des chocs sévères, simulés à travers des scénarii extrêmes mais susceptibles de se produire. La BCEAO procède également à l’évaluation de la capacité de résilience du secteur bancaire à travers la mise en œuvre de cet outil.

Plusieurs réformes sont également en cours pour améliorer le cadre de régulation du système financier de l’UMOA. Il s’agit notamment des projets relatifs à l’adoption d’indicateurs de surveillance macroprudentielle pour le secteur bancaire et financier, à l’identification des établissements bancaires d’importance systémique, à la supervision sur base consolidée des groupes bancaires et à la surveillance complémentaire des groupes financiers.