L’impact des politiques monétaire et budgétaire sur la croissance économique dans les pays de l’UEMOA, Solomane KONE

L’objet de la présente étude est de mesurer, au plan empirique, l’efficacité relative des politiques monétaire et budgétaire sur l’activité économique des pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), à l’exception de la Guinée-Bissau.
Au plan méthodologique, l’étude a estimé un modèle à correction d’erreur de la variation du Produit Intérieur Brut (PIB) nominal, intégrant la masse monétaire, les dépenses publiques et les exportations. La pertinence du modèle à expliquer la variation du PIB réel a été ensuite vérifiée. Enfin, les différences entre les effets réels et nominaux ont été testées statistiquement, en vue de faire ressortir indirectement l’effet de l’inflation dont la maîtrise constitue un objectif pour la Banque Centrale.
D’une façon générale, les résultats de l’analyse montrent que les politiques monétaire et budgétaire influenceraient positivement la variation du PIB nominal et réel au sein des pays de l’UEMOA. Cependant, bien que leurs effets soient uniformes en tendance, ils diffèrent au niveau de l’ampleur, du temps de réaction et de l’impact d’un instrument par rapport à l’autre. S’agissant de l’analyse en termes réels, des résultats satisfaisants ont été obtenus dans cinq pays : Burkina, Côte d’Ivoire, Mali, Niger et Togo.
Par ailleurs, la comparaison statistique des effets nominaux et réels des deux instruments sur la croissance économique révèle que la politique monétaire au sein de l’Union n’a été inflationniste dans aucun des pays alors que la politique budgétaire l’a été en Côte d’Ivoire à court terme et au Mali à court et à long terme.
Ces résultats font ressortir la nécessité de renforcer les actions en vue d’assurer la convergence entre les politiques monétaire et budgétaire, dans le cadre du processus d’intégration économique de l’Union, et le développement du marché financier régional afin de renforcer et d’accélérer les effets de la politique monétaire.