Communiqué de presse de la réunion ordinaire du Conseil des Ministres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) tenue à Abidjan, le 29 mars 2001

Le Conseil des Ministres de l’Union s’est réuni en session ordinaire, le 29 mars 2001, dans les locaux de l’Agence principale de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, à Abidjan en République de Côte d’Ivoire, sous la présidence de Monsieur Makhtar DIOP, Ministre de l’Economie et des Finances de la République du Sénégal, son Président en exercice.


Ont également pris part à ces travaux, le Gouverneur de la BCEAO, Monsieur Charles Konan BANNY, le Président de la Commission de l’UEMOA, Monsieur Moussa TOURE, le Président de la Banque Ouest Africaine de Développement, Monsieur Boni YAYI et le Président du Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers, Monsieur Lassana Mouké SACKO.
Au titre de la BCEAO, le Conseil des Ministres, à l’issue de l’examen de la situation économique, financière et monétaire de l’Union au 31 décembre 2000, s’est notamment préoccupé du ralentissement de la croissance économique de 3,3% en 1999 à 1% en 2000, du fait de l’impact négatif des chocs exogènes qui ont contribué à une baisse des investissements et du revenu réel par habitant.
Les Ministres se sont toutefois réjouis d’une part, de l’amélioration significative des réserves de change de la BCEAO et, d’autre part, de la maîtrise relative des prix, nonobstant les tensions induites par le renchérissement des prix du pétrole et l’appréciation du dollar des Etats-Unis. L’inflation, mesurée par l’Indice Harmonisé des Prix à la Consommation s’est ainsi située, en moyenne annuelle, à 1,8%, en deçà de l’objectif de 2% arrêté dans le cadre du programme monétaire pour l’année 2000. Les situations par pays apparaissant toutefois contrastées, les Ministres ont mis en exergue la nécessité de poursuivre les efforts de convergence de l’évolution des prix au sein de l’Union.
En vue d’accélérer la croissance économique indispensable pour réduire la pauvreté, les membres du Conseil ont convenu de mettre l’accent sur l’approfondissement des réformes des finances publiques, la qualité de la dépense publique, l’élargissement de la base fiscale, la relance durable des investissements productifs susceptibles de contribuer à la diversification économique et au renforcement de l’intégration sous-régionale ainsi que sur le redressement des filières agricoles.
Le Conseil a, par ailleurs, relevé avec satisfaction que six Etats membres de l’Union bénéficient d’un allégement de dette dans le cadre de l’Initiative PPTE et encouragé les deux autres pays à poursuivre les efforts afin de tirer avantage de cette Initiative. Le Conseil a réaffirmé, face aux besoins de développement et à la volonté des Etats membres de l’Union de poursuivre les réformes économiques, la nécessité pour la communauté financière internationale d’accroître l’aide au développement et à l’intégration en faveur de l’Union.
Les Ministres ont, en outre, été informés de l’état d’exécution des programmes de restructuration du système bancaire dans l’UMOA, des rapports des Présidents des Comités Nationaux du Crédit pour le quatrième trimestre 2000 ainsi que de l’évolution des transactions effectuées par la BCEAO dans le cadre de l’Agence Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (AMAO).
Au titre de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), le Conseil des Ministres a approuvé les comptes de cette Institution pour l’exercice clos le 31 décembre 2000.
Le Conseil a ensuite approuvé le rapport de la 10ème mission d’audit de gestion ainsi que le rapport annuel de la BOAD. A cet égard, il a tenu à féliciter les responsables et le personnel de la BOAD pour les résultats positifs obtenus au cours de l’exercice 2000.
Le Conseil des Ministres a enfin pris acte des résultats encourageants obtenus par la BOAD dans le cadre de la mobilisation des ressources extérieures complémentaires pour le financement de sa participation à l’Initiative de réduction de la dette des Pays Pauvres Très Endettés. Aussi, a-t-il été arrêté le principe d’une démarche régionale et politique à entreprendre par les Etats membres de l’UEMOA pour solliciter de l’Union Européenne son assistance au financement de la participation de la BOAD à l’Initiative. Le Conseil des Ministres a, en outre, invité la BOAD à poursuivre, en concertation avec la Banque Mondiale, ses efforts de mobilisation de concours non remboursables auprès d’autres partenaires qui contribuent au Fonds Fiduciaire PPTE.
Au titre de la Commission Bancaire de l’UMOA, les Ministres ont été informés des décisions prises par cet organe, lors de sa 43ème session tenue le 26 mars 20001, après examen de la situation du système bancaire de l’UMOA.
Dans ce cadre, des mesures individuelles ont été arrêtées à l’égard de plusieurs établissements de crédit, en vue d’accélérer leur restructuration, d’améliorer le fonctionnement de leur gouvernement d’entreprise, l’organisation de leurs systèmes d’information et de contrôle, la tenue de leur comptabilité et la gestion de leurs risques.
Au titre du Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers, les Ministres ont été informés des activités de cet organe durant le quatrième trimestre de l’année 2000.
Au titre de la Commission de l’UEMOA, le Conseil des Ministres a adopté plusieurs mesures pour appuyer l’approfondissement des réformes nécessaires à la mise en oeuvre effective du processus d’intégration au sein de l’Union.
Dans le domaine de la surveillance multilatérale, après ceux du Bénin, du Mali et du Togo, en décembre 2000, le Conseil a adopté les programmes pluriannuels de convergence, de stabilité, de croissance et de solidarité, au titre de la période 2001-2003, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée-Bissau, du Niger et du Sénégal. Il a encouragé les Etats membres à déployer les efforts nécessaires en vue d’assurer une bonne exécution desdits programmes et de favoriser ainsi la convergence des performances économiques nationales à l’horizon 2002.
Par ailleurs, le Conseil a invité les Etats de l’Union à entretenir des relations harmonieuses avec la communauté financière internationale, notamment avec les institutions de Bretton Woods, afin de bénéficier du mécanisme d’allègement de la dette dans le cadre de l’Initiative PPTE renforcée et d’appuyer ainsi la mise en oeuvre des stratégies de lutte contre la pauvreté.
S’agissant de l’édification du marché commun, après plus d’une année d’application du Tarif Extérieur Commun, le Conseil des Ministres a réaménagé la liste composant les catégories de marchandises de la Nomenclature Tarifaire et Statistique. Ces modifications ont été rendues nécessaires après certaines distorsions apparues dans l’application du TEC par rapport à l’objectif général que constitue la prise en compte de la situation réelle de l’appareil de production de l’Union.
Souhaitant tirer au maximum profit des différentes opportunités offertes dans le cadre des relations de coopération, le Conseil a pris les dispositions appropriées en vue d’une mobilisation diligente des ressources mises à la disposition de l’UEMOA par ses partenaires au développement.
Les Ministres, très sensibles à l’accueil chaleureux et fraternel qui leur a été réservé durant leur séjour en Côte d’Ivoire ainsi qu’à l’audience que le Premier Ministre, Monsieur Pascal Affi N’GUESSAN a bien voulu leur accorder, expriment à son Excellence, Monsieur Laurent GBAGBO, Président de la République, au Gouvernement ainsi qu’au peuple ivoirien, leur profonde gratitude.
Fait à Abidjan, le 29 mars 2001
Le Président en exercice du Conseil des Ministres
Makhtar DIOP