Communiqué de presse de la réunion du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO du 9 décembre 2013

Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a tenu, le lundi 9 décembre 2013, sa quatrième réunion ordinaire au titre de l’année 2013, dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar, en République du Sénégal, sous la présidence de Monsieur Tiémoko Meyliet KONE, Gouverneur de la Banque Centrale, son Président statutaire.
Le Comité a passé en revue les développements économiques et financiers au plan international et régional depuis sa dernière réunion tenue le 4 septembre 2013 ainsi que les perspectives à moyen terme en matière de stabilité des prix et de croissance économique dans l’Union.
Au plan international, le Comité a relevé des divergences dans la dynamique de croissance entre les pays avancés où la reprise se consolide et les pays émergents dont le rythme d’expansion demeure en deçà des performances enregistrées les années précédentes.
Sur le plan régional, les dernières prévisions attestent une bonne résilience des économies de l’Union, malgré une conjoncture internationale peu favorable. Les estimations situent la croissance du Produit Intérieur Brut en volume à 6,0% en 2013, après 6,5% en 2012. En 2014, elle atteindrait 7,0%. La poursuite des investissements publics ainsi que le regain de dynamisme attendu des investissements privés seraient les principaux moteurs de cette croissance.
Au titre de l’évolution des prix à la consommation, le Comité a relevé la poursuite de la décélération de l’inflation. Le taux d’inflation se stabiliserait en octobre et novembre 2013 à 0,7% en glissement annuel. Si cette tendance se confirme en décembre, le taux d’inflation moyen annuel de l’Union devrait ressortir à 1,6% contre 2,4% en 2012. A moyen terme, les perspectives tant à l’échelle internationale que régionale ne laissent pas entrevoir de tensions inflationnistes particulières. Les nouvelles prévisions situent le taux d’inflation dans l’Union à 1,7% en glissement annuel au quatrième trimestre 2014.
Examinant l’évolution des conditions monétaires, le Comité a noté la poursuite de la détente des taux d’intérêt sur les différents compartiments du marché monétaire. Ainsi, le taux moyen pondéré des appels d’offres d’injection de liquidités à une semaine est ressorti à 2,54% à fin octobre 2013, en baisse de 27 points de base par rapport à juin 2013. Sur le compartiment à une semaine du marché interbancaire, le taux d’intérêt moyen pondéré des opérations est passé de 3,13% en juin 2013 à 3,05% à fin octobre 2013. La même tendance a été observée sur le marché de la dette publique. Le taux moyen pondéré des bons du Trésor à un an a baissé de 26 points de base pour ressortir à 4,51% en octobre 2013.
Au terme de son analyse, le Comité de Politique Monétaire a décidé de maintenir inchangés les taux directeurs de la BCEAO. Ainsi, le taux minimum de soumission aux appels d’offres d’injection de liquidités reste fixé à 2,50% et celui du guichet de prêt marginal à 3,50%. Le Comité a, en outre, décidé de laisser inchangé le coefficient des réserves obligatoires applicable aux banques de l’Union à son niveau de 5% en vigueur depuis le 16 mars 2012.
Les membres du CPM ont, par ailleurs, examiné et approuvé l’admissibilité au refinancement de la BCEAO des emprunts obligataires émis par les Trésors publics du Niger et du Togo sur le marché financier régional. Le CPM a également marqué son accord pour l’admissibilité des obligations de la Caisse Régionale de Refinancement Hypothécaire aux guichets de refinancement de la BCEAO.
Le Comité s’est félicité des initiatives prises pour donner une nouvelle impulsion à l’approfondissement du marché de la dette publique et exploiter au mieux le potentiel de financement disponible à l’échelle régionale, en vue de soutenir la réalisation des investissements publics dans l’Union. A ce titre, le Comité a noté l’orientation adoptée par les Etats, visant à allonger la maturité moyenne de leur endettement sur ce marché pour la mettre en adéquation avec les investissements à long terme qu’ils financent. Pour accompagner ce processus, le CPM a autorisé la Banque Centrale à créer un guichet spécial de refinancement des titres publics comme privés, dont la maturité excède 5 ans.

Fait à Dakar, le 9 décembre 2013

Le Président du Comité de Politique Monétaire

Tiémoko Meyliet KONE