Communiqué de presse de la réunion ordinaire du Comité de Stabilité Financière dans l’UMOA (CSF-UMOA) tenue à Dakar, le 21 juin 2013

Le Comité de Stabilité Financière dans l’Union Monétaire Ouest Africaine (CSF-UMOA) a tenu sa sixième réunion ordinaire le vendredi 21 juin 2013, dans les locaux du Siège de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) à Dakar, sous la présidence de Monsieur Tiémoko Meyliet KONE, Gouverneur de la BCEAO, son Président statutaire.
Ont pris part à la rencontre :
- le Président du Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) ;
- le Président de la Commission Régionale de Contrôle des Assurances (CRCA) ;
- le Président de la Commission de Surveillance de la Conférence Interafricaine de la Prévoyance Sociale (CIPRES) ;
- les Représentants des Etats membres de l’UMOA.
A l’entame des travaux, le Président du Comité a, au nom des membres, souhaité la bienvenue à Monsieur Jeremias António da Cruz PEREIRA, nommé Président du Conseil Régional en remplacement de Monsieur Léné SEBGO.
Les membres ont approuvé le projet de rapport annuel du CSF-UMOA au titre de l’année 2012.

Le Comité a examiné l’évolution récente de l’environnement macrofinancier au plan international. A cet égard, il a noté un léger redressement de la croissance économique mondiale qui s’établirait à 3,3% en 2013 contre 3,2% au cours de l’année écoulée. Toutefois, cette progression semble encore timide pour infléchir la baisse notée dans la demande de certaines matières premières exportées par l’Union.

Au niveau des marchés des capitaux à l’échelle mondiale, le Comité a noté avec satisfaction la poursuite de la dynamique de redressement entamée en 2012, se traduisant par le retour à des niveaux appréciables des principaux indices sur les marchés boursiers et la réduction des primes de risque sur les obligations souveraines.

Au niveau interne, les membres du CSF-UMOA ont relevé des perspectives de croissance favorables. En effet, après une hausse de 6,4% enregistrée en 2012, le rythme d’expansion de l’activité économique est attendu à 6,5% en 2013, en termes réels. Les membres ont toutefois souligné la nécessité d’accorder une attention particulière aux risques que les retards dans la normalisation socio-politique dans certains Etats pourraient faire peser sur la croissance de l’UMOA.

Le Comité a également noté la poursuite du redressement de la situation du marché financier régional à la faveur du retour de la stabilité socio-politique en Côte d’Ivoire. Ainsi, par rapport à fin décembre 2012, l’indice BRVM10 a enregistré une hausse de 62,74 points pour se situer à 246,78 points (+34,1%) à fin mai 2013. Quant à l’indice BRVM composite, il est ressorti à 218,79 points, en hausse de 52,21 points (+31,3%) sur la période sous revue.

Globalement, les membres du Comité ont estimé que la situation macrofinancière à court terme ne laisse pas apparaître de risques majeurs pour l’Union.
Le Comité a en outre encouragé l’organisation de contrôles spécifiques pour vérifier l’application effective des dispositions réglementaires relatives au paiement au comptant des primes d’assurances ainsi que pour évaluer l’impact de cette mesure sur la diminution des arriérés de paiement de sinistres.

Par ailleurs, en vue de renforcer l’efficacité de l’action des superviseurs du système financier de l’Union, le Comité a adopté une Charte organisant leur coopération. En outre, les membres du CSF-UMOA se sont accordés sur l’instrument juridique approprié pour la mise en place d’un cadre de supervision des groupes financiers.

Enfin, le Comité a pris connaissance des principaux résultats et enseignements de l’exercice de stress tests réalisé par la BCEAO et portant sur l’ensemble du secteur bancaire de l’Union. Celui-ci a révélé une solidité du système bancaire régional, à la faveur notamment du renforcement du niveau du capital social minimum des établissements de crédit.

Fait à Dakar, le 21 juin 2013
Le Président du Comité de Stabilité
Financière dans l’UMOA

Tiémoko Meyliet KONE