Communiqué de presse de la réunion ordinaire du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO, tenue le 11 juin 2012 à Dakar

Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a tenu sa réunion ordinaire le lundi 11 juin 2012, dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar, en République du Sénégal, sous la présidence de Monsieur Tiémoko Meyliet KONE, Gouverneur de la Banque Centrale, son Président statutaire.
Le Comité a examiné la situation économique, monétaire et financière de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) à la lumière de l’évolution récente de la conjoncture internationale. Il a analysé, en particulier, les facteurs de risque pouvant peser sur la stabilité des prix et sur les perspectives de croissance économique dans l’Union.

Le Comité a constaté une atténuation du rythme d’évolution du niveau général des prix à la consommation dans l’Union sur la période récente à la faveur des mesures mises en œuvre au niveau national et régional en vue de lutter contre la vie chère et d’atténuer les effets des chocs d’offre. Ainsi, le taux d’inflation est passé de 2,3% en glissement annuel à fin janvier 2012 à 2,8% à fin février 2012, pour s’établir à 2,5% à fin mars 2012. Il est de 0,6% en avril 2012.

Les perspectives à moyen terme laissent apparaître que le taux d’inflation s’établirait à un niveau compatible avec l’objectif de stabilité des prix dans l’Union. Il se situerait autour de 2,0% à moyen terme sous l’hypothèse d’une campagne agricole 2012/2013 normale.

Analysant la conjoncture, les membres du Comité de Politique Monétaire ont relevé que la croissance économique de l’Union au titre de l’année 2012 serait meilleure qu’en 2011 en liaison avec la reprise rapide de l’activité en Côte d’Ivoire, le dynamisme du secteur des mines et la poursuite des investissements publics dans les infrastructures. Toutefois, des préoccupations existent en raison de l’impact des crises socio-politiques au Mali et en Guinée-Bissau ainsi que des incertitudes suscitées par l’environnement international.

Au regard de ces incertitudes, les dernières estimations situent le taux de croissance réel du Produit Intérieur Brut de l’Union à 5,3% en 2012 contre une prévision initiale de 6,4% effectuée en novembre 2011.

Sur la base de l’appréciation de la balance des risques, le Comité de Politique Monétaire a décidé de baisser les taux d’intérêt directeurs de la BCEAO de 25 points de base. Le taux d’intérêt minimum de soumission aux opérations d’appels d’offres d’injection de liquidités et le taux d’intérêt du guichet de prêt marginal de la BCEAO sont ainsi fixés respectivement à 3,00% et à 4,00% avec date d’effet le 16 juin 2012.

En complément des mesures prises en matière de taux d’intérêt, le Comité de Politique Monétaire souligne la nécessité pour les Etats membres de poursuivre les efforts d’assainissement des finances publiques et de mise en œuvre des réformes structurelles, afin de consolider les bases de la relance de la croissance économique au sein de l’UMOA.

Au niveau du marché monétaire, le Comité a constaté que les tensions qui avaient justifié une baisse du coefficient des réserves obligatoires en mars 2012 ont commencé à s’estomper. Le taux moyen pondéré sur le compartiment à une semaine du marché interbancaire qui était de 4,67% en mars 2012 s’est replié pour se situer à 4,25% en mai 2012.

Le Comité a, de ce fait, décidé de maintenir inchangé le coefficient de réserves obligatoires applicable aux banques à son niveau de 5% qui est en vigueur depuis le 16 mars 2012.

Fait à Dakar, le 11 juin 2012

Le Président du Comité de Politique Monétaire

Tiémoko Meyliet KONE