Communiqué de presse de la réunion ordinaire du Comité de Politique Monétaire de la BCEAO, tenue le 7 mars 2012 à Dakar

Le Comité de Politique Monétaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a tenu sa réunion ordinaire le mercredi 07 mars 2012, dans les locaux du Siège de la BCEAO à Dakar, en République du Sénégal, sous la présidence de Monsieur Tiémoko Meyliet KONE, Gouverneur de la Banque Centrale, son Président statutaire.


Le Comité a examiné la situation économique, financière et monétaire de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) à la lumière de l’évolution récente de la conjoncture internationale. En particulier, il a analysé les facteurs de risque pouvant peser sur la stabilité des prix et sur les perspectives de croissance économique dans l’Union.
Le Comité a noté que depuis le début de l’année 2012, le taux d’inflation affiche une tendance à la hausse liée à l’impact de la mauvaise campagne agricole 2011/2012 sur les prix des céréales locales, notamment dans les pays du Sahel. Ainsi, pour le mois de février 2012, le taux d’inflation en glissement annuel est estimé à 2,9%, après 2,5% en décembre 2011.
Les perspectives à moyen terme laissent apparaître que l’inflation se maintiendrait à un niveau élevé. En effet, le taux d’inflation varierait entre 3,0% et 3,6% sur les trois premiers trimestres de l’année 2012, avant de refluer, à partir d’octobre 2012, sous l’hypothèse d’une bonne campagne agricole 2012/2013. Les prévisions situent l’inflation, à l’horizon de vingt-quatre (24) mois, à 2,6%, en deçà de la borne supérieure de l’objectif de stabilité des prix.
Au regard des risques sur l’inflation, les membres du CPM ont recommandé aux Etats membres la mise en œuvre diligente des actions identifiées lors de la session extraordinaire du Conseil des Ministres du 20 février 2012, relatives à la sécurité alimentaire et à la relance de la production agricole dans l’UEMOA, en particulier celles visant un bon approvisionnement des marchés céréaliers de l’Union, le développement des infrastructures de stockage, la maîtrise de l’eau et l’accroissement de la production des cultures de contre-saison.
Analysant la conjoncture économique, les membres du CPM ont relevé que les Etats membres de l’UEMOA continueront d’évoluer en 2012 dans un environnement international peu propice, marqué par un ralentissement de la croissance mondiale. La situation de l’Union devrait également se ressentir de la mauvaise campagne agricole 2011/2012. Le CPM a noté que ces facteurs font planer des incertitudes sur la réalisation des prévisions de croissance pour l’année 2012, qui pourraient se révéler en retrait par rapport au taux de 6,4% initialement prévu.
L’analyse des conditions monétaires montre que la liquidité bancaire a connu une baisse sensible depuis le deuxième semestre 2011. Outre les facteurs conjoncturels, cette évolution résulte de changements structurels qui s’opèrent dans les économies de l’Union, induisant d’importants besoins de financement des importations aux fins de la réalisation des investissements privés et publics en cours. Cette situation entraîne une tension sur les taux d’intérêt du marché monétaire. En perspective, la demande de liquidité des banques pourrait se maintenir à un niveau élevé, au regard de l’ampleur des ressources nécessaires pour couvrir les besoins de financement exprimés par les Etats pour l’année 2012.
Sur la base des analyses qui précèdent, le Comité de Politique Monétaire a décidé de maintenir les taux d’intérêt directeurs de la BCEAO à leur niveau actuel. Ainsi, le taux d’intérêt minimum de soumission aux opérations d’appels d’offres et le taux d’intérêt des opérations sur le guichet de prêt marginal restent respectivement fixés à 3,25% et 4,25%.
En outre, dans le souci de desserrer les contraintes sur la liquidité des banques et de conforter les conditions d’un financement approprié de l’économie, le CPM a décidé de ramener le coefficient des réserves obligatoires à 5% pour l’ensemble des banques des pays de l’Union, soit une baisse de deux (2) points de pourcentage, avec pour date d’effet le 16 mars 2012.
Le Comité de Politique Monétaire surveillera de manière très attentive l’évolution de l’inflation, eu égard notamment aux risques liés à l’impact sur les prix de la mauvaise campagne agricole 2011/2012.

Fait à Dakar, le 07 mars 2012

Le Président du Comité de Politique Monétaire

Tiémoko Meyliet KONE